Eddy Verloes

1er Prix du Jury

du 11ème Concours de Photographie "Le 3ème Âge"

RankArt : Pouvez-vous présenter l’artiste photographe que vous êtes en quelques mots ?
Eddy Verloes : Raconteur poétique, si possible avec une pointe d’humour. Je souhaite que mes photos racontent une histoire ou trompent le spectateur : la photo a-t-elle été mise en scène ou est-ce une représentation de la réalité ? Penche-t-elle plutôt vers le réalisme ou le surréalisme? Des réflexes typiquement belges.

RankArt : Quel a été le parcours professionnel et artistique qui vous a forgé en tant qu’artiste auteur-photographe?
Eddy Verloes : Je fais de la photo depuis 2013 en amateur. J’ai suivi une formation de photo entre 2013 et 2015 et assez vite après j’ai eu des expositions dans quelques galeries en Belgique (Knokke, De Haan, Tirlemont, Louvain). Jusqu’à maintenant j’ai publié deux livres de photographie : “No time to Verloes” et “Cuba libre”. Début septembre 2020, un troisième livre sera publié dans lequel une poète a écrit des poèmes sur mes photos de la mer.

 

RankArt : Qu’est ce qui, selon vous, vous a orienté vers la photographie plutôt qu’un autre mode d’expression?
Eddy Verloes : J’ai étudié la philologie germanique et j’étais étudiant libre de philosophie avec un grand intérêt pour les arts en général. L’intérêt pour la littérature, et en particulier, pour la poésie m’a certainement influencé dans ma vision de photographe. Je pense que mes photos respirent une certaine poésie fragile/fragilité poétique ? : Cela se reflète dans ma photographie du paysage, ma photographie de la rue et dans mes portraits. À un moment donné, j'ai senti que je pouvais faire mieux parler le monde en images qu'en mots. Lorsque je photographie, je vois d’emblée un cadre délimité dans lequel j'essaie de capter l'essence pour moi. Je recadre donc rarement, car - comme un peintre - je vois d’emblée un tableau devant moi où tout se trouve à sa place.

 

RankArt : Votre vie et ses étapes influencent-t-elles l’orientation de votre travail et de quelle manière?
Eddy Verloes : Mon parcours de vie, la voie que je suis – sans le vouloir - détermine incontestablement ma façon de regarder et donc de photographier. Ma visite à Cuba en 2016, par exemple, où j'ai voyagé dans tout le pays avec un guide et un chauffeur cubain a mis en perspective mon point de vue sur le communisme et le capitalisme et cela se reflète forcément dans mes photos de Cuba que vous trouvez dans mon livre de photos « Cuba libre ».

 

RankArt : Comment définiriez-vous votre travail artistique ? Que diriez-vous de vos œuvres photographiques à une personne qui ne les a jamais vues ?
Eddy Verloes : Mon travail se lit de différentes manières. Le paysage est plus qu'un paysage, la photographie de rue est plus qu'un simple enregistrement de la réalité. Il faut essayer d'entrer dans mes photos et de créer son propre monde. Il ne faut pas regarder aveuglément la couche superficielle, mais creuser plus profondément et garder un œil sur tous les détails sensibles. Tout dépend bien sûr de son propre parcours et de son passé.

RankArt : Qu’est ce qui, de façon générale, influence votre démarche (peinture, cinéma, musique, auteur…)?
Eddy Verloes : En tant que photographe, j'ai toujours suivi mon propre chemin. Je cherche toujours mon chemin et je le ferai probablement pour le reste de ma vie. Sans le savoir, mon professeur de photographie a dit en 2014 que dans certaines de mes photos de photographie de rue, elle reconnaissait le style de Martin Parr. Quelqu'un d'autre a reconnu le style de Robert Häusser dans certains de mes paysages. Encore un autre photographe me voit comme un photographe du style Edward Hopper. Je suis très satisfait de ce dernier compliment car l'atmosphère de Hopper m'attire et m'inspire le plus. La musique de Nick Cave est également une inspiration pour certaines de mes photos.


RankArt : Quel est le point de départ d’une photo (un schéma, une image, le hasard, l’imagination seule, un peu de tout ça)?
Eddy Verloes : Le point de départ d'une photo est l'impression du moment : la réalité qui me submerge à ce moment est fascinante et parfois suffisamment surréaliste. Je n'ai pas besoin d'images mises en scène, la réalité suffit à elle seule pour moi. En tant que photographe, il me suffit de traverser la vie avec un regard concentré et les images surgissent d’elles-mêmes.

 

RankArt : Quels conseils donneriez-vous à un photographe débutant?
Eddy Verloes : Mon conseil à un photographe (débutant) est de suivre ses propres idées, de trouver sa propre voie. Vous pouvez certainement être inspiré par le travail d'autres artistes fascinants, mais au final, vous devez découvrir votre propre individualité. Après tout, un photographe crée des images qui reflètent sa propre personnalité.

RankArt : Avec quel auteur-photographe aimeriez-vous vous entretenir ? Et pourquoi ?
Eddy Verloes : Avec Martin Parr. Et cela non seulement parce qu'il est - selon certains - un photographe controversé, mais aussi parce que - inconsciemment - j'observe une manière parallèle d'observer et de styliser sur certaines de mes photos. Il est très proche de la peau de ses « victimes » et je me demande parfois s'il n'a jamais eu de problèmes avec la violation de la vie privée et s'il n'a jamais été battu ?

 

RankArt : Selon vous, à partir de quel moment un photographe, un musicien, un peintre… devient un artiste?
Eddy Verloes : C’est une question difficile. L'artistique est-il inné ou peut-il être enseigné, quel est le moment où on peut s’appeler un artiste à part entière ? Chacun de nous a des talents (artistiques). On peut développer les uns plus que les autres ou avoir plus d'occasions de les développer. Une belle photo spontanée est-elle moins artistique qu'une photo captivante avec une superposition bien pensée ? Si quelque chose peut vous émouvoir, avez-vous forcément les qualités artistiques pour exprimer vos émotions ?

RankArt : Quelle exposition d’un autre artiste vous a le plus marqué ?
Eddy Verloes : The World of Steve Mc Curry, une expo à Bruxelles 2017.
Une autre exposition du photographe Magnum Harry Gruyaert au FOMU à Anvers et l'exposition générale de Stephan Vanfleteren de cette année également au FOMU à Anvers. Impressionnante!


RankArt : Quel est votre souvenir le plus fort en tant qu’auteur-photographe ?
Eddy Verloes : Quand j'ai pu photographier spontanément plusieurs jeunes juifs lors d'une tempête sur la côte belge fin hiver 2020. La ligne entre le réalisme et le surréalisme ne pouvait guère être tracée. En tant qu'artiste / photographe, je sens également que je crée des images uniques.

 

RankArt : Avez-vous des activités qui gravitent autour de votre casquette d’auteur-photographe ?
Eddy Verloes : L'art en général et en particulier la littérature - plus spécifiquement la poésie - ainsi que la musique soutiennent et influencent ma photographie. C'est pourquoi je travaille régulièrement avec des poètes qui s'inspirent de mes photos. Cela a déjà donné lieu à la publication de livres de photos et de poésie dans le passé. Il y avait même des peintres qui voulaient utiliser mes photos pour leurs peintures.

 

RankArt : Artistiquement parlant, y a-t-il un rêve que vous n’avez pas encore réalisé ?
Eddy Verloes : Je voudrais collaborer/exposer avec un grand nom du monde de la photographie : quelqu'un qui s’intéresse aux mêmes choses et qui a un style semblable au mien.

 

RankArt : Avez-vous une activité artistique ? Si oui, quelle est-elle ? Quels sont vos projets ?
Eddy Verloes : Je prépare actuellement la publication de mon prochain livre photo et poésie. En 2019, j'ai eu environ 15 expositions et je pense que ce sera à peu près la même chose en 2020. Je travaille actuellement sur le projet « Perdu / Retrouvé », un projet avec des photographes, peintres, poètes, sculpteurs qui se déroulera dans un ancien presbytère début septembre pendant trois semaines.

 

RankArt : Pour se faire une idée de votre personnage de façon plus générale, j’aime bien soumettre à nos artistes interviewés les questions un peu naïves du thème de l’île déserte…
- Sur une île déserte vous emportez…
*Quel film? Dogville (Lars von Trier)/ Habla con ella ( Pedro Almodóvar)
*Quel livre? En attendant Godot (Samuel Beckett)
*Quelle musique? Nick Cave, Leonard Cohen, Amy Winehouse, Gregory Porter
*Quel objet? Une caméra
*Laquelle de vos photographies? Une de mes photos humoristiques pour voir le bon côté de la vie tous les jours.

 

RankArt : Quel voyage aimeriez-vous encore faire ?
Eddy Verloes : Un tour du monde pendant un an.

 

RankArt : Quelles étaient vos ambitions d’enfant pour votre vie d’adulte ?
Eddy Verloes : Soyez heureux de qui vous êtes et de ce que vous avez.

 

Merci Eddy !
Retrouvez Eddy Verloes sur son site Web, sur sa page Facebook et sur 1X.com.

Eddy_Verloes_19.Statues in the storm

Eddy_Verloes_20.I wanne be your queen

Eddy_Verloes_18.Zen @ sea

Eddy_Verloes_16.Rider on a horse

Eddy_Verloes_17.The sea watcher

Eddy_Verloes_15

Eddy_Verloes_14

Eddy_Verloes_13.Maze in the mist -

Eddy_Verloes_12.Foggy land

Eddy_Verloes_11.Broken

Eddy_Verloes_10

Eddy_Verloes_9

Eddy_Verloes_6.What a surprise!

Eddy_Verloes_8.World in blue and yellow.

Eddy_Verloes_7.Emprisoned

Eddy_Verloes_5

Eddy_Verloes_2.Please take a seat

Eddy_Verloes_4

Eddy_Verloes_1.Along the canal

Eddy_Verloes_3

© 2016 par RankArt

Autrech 09800 Saint Lary, France

  • Facebook Clean
  • Twitter Clean
Eddy_Verloes_8.World in blue and yellow.