Didier Dalent

Découvrez ses œuvres plus bas !

RankArt : Pouvez-vous vous présenter en quelques mots à nos lecteurs ?

Didier Dalent : Aujourd’hui âgée de 62 ans, je découvre la retraite et tout ce temps pour me consacrer à ma grande passion ; la peinture. D’abord Aquarelliste autodidacte pendant une quinzaine d’années, j’expose pour la première fois à Paris, non loin de la place du Tertre en 1990. L’expo est une réussite et m’encourage à poursuivre mon chemin artistique. Après une période consacré à l’écriture de romans pour la jeunesse en ayant laissé la peinture de côté, je reprends mes pinceaux après un stage intensif avec l’illustrateur Richard Roussel. Je découvre alors la technique de la peinture à l’huile avec ses contraintes et ses difficultés. Après une trentaine de toiles, très figuratives voir fantastique pour certaines, je m’essaye à la peinture abstraite. Conquis, je poursuis dans cette voix en peaufinant un univers personnel. Chaque nouvelle toile est construite sur une période plus longue avec un souci d’esthétisme et d’équilibre des masses. Dans chacune de mes créations la lumière et les contrastes tiennent une place prépondérante… J’expérimente aussi de nouvelle technique, de nouvelle façon de peindre avec d’autres matériel ou matériaux. J’incorpore dans mes créations de l’épaisseur avec des textures appliquées au couteau ainsi que des billes de verres ou du bois. J’utilise aussi les posca pour surligner ou rehausser…

 

RankArt : Pratiquez vous la peinture pour votre loisir ou en tant que professionnel ?

Didier Dalent : Je pratique la peinture en tant que loisir, mais je ne désespère pas de passer professionnel. Je participe pour cela à un grand concours de peinture au Luxembourg…

 

RankArt : Quel a été le parcours professionnel et/ou artistique qui vous a forgé en tant qu’artiste ?

Didier Dalent : Je suis dyslexique depuis ma tendre enfance, renfermé sur moi-même et ayant un grand besoin de communiquer avec les autres. L’image sous toutes ses formes m’attire et nourri mon besoin. J’ai commencé par faire de la bande dessiné avec mes frères, et puis un beau jour j’ai fais un premier grand dessin sur un format raisin (50X65) puis un second plus petit en couleur et j’ai découvert les encres et l’aquarelle. Quelques cours du soir plus tard, je me lance dans la production et me dirige à grand pas vers ma première exposition qui aura lieu à… Paris !

 

RankArt : Pourquoi avoir choisi la peinture comme mode d’expression plutôt qu’un autre ? Quel a été le déclic ?

Didier Dalent : J’ai toujours était attiré par l’image en général et la bande dessinée en particulier… de fil en aiguille, j’en suis venu à peindre des cases en grand et en couleurs.

 

RankArt : Votre vie et ses étapes influencent-t-elles votre art et de quelle manière ?

Didier Dalent : Probablement, amoureux de la nature et attentif à ce qui m’entoure j’aime particulièrement les cascades par exemple et les sous bois. J’aime aussi beaucoup les photos de l’espace qui ont influencées mes créations d’aujourd’hui. Cette curiosité me fait découvrir des souches de bois aux formes qui m’interpelle. Il s’en suivra la constitution d’une collection d’assemblages artistique, les « Tri sphères ». Osmose entre le bois, des sphères de cristal et de la peinture métallisé et phosphorescente…

 

RankArt : Comment définiriez-vous votre travail artistique ? Que dites-vous de vos œuvres à quelqu’un qui n’a jamais vu une de vos œuvres ?

Didier Dalent : Une expression très personnelle, prenante et parfois très fatigante, frustrante, à laquelle je puis difficilement échapper vu qu’elle m’accapare en entier et m’entraine au plus profond de moi, m’invitant à me surpasser, à nouveau faire mieux…

Je pourrais dire : « j’espère que tu viendras et que tu vas aimer ? Ou, je ne suis pas encore trop cher, profites-en… (Je plaisante…). L’achat d’une toile est très souvent affaire de coup de cœur et de moyens disponibles à ce moment là.  

 

RankArt : Pourquoi ces choix de sujet, de technique, de style ?

Didier Dalent : Ma période actuelle me convient parfaitement, me permettant de créer des univers imaginaires loin du figuratif, bien qu’il s’invite encore dans mes toiles par moment avec insistance et bonheur… L’acrylique est idéal, plus facile d’utilisation, permettant de travailler dans l’instant, sous la pression de l’inspiration. Je n’hésite pas à lui adjoindre d’autres éléments comme des billes de verres ou des textures de mon cru… Je cherche, je creuse, je me trompe et je recommence…

 

RankArt : Qu’est ce qui, de façon générale influence votre peinture (peintre, cinéma, musique, auteur…) ?

Didier Dalent : Mon style est très proche de la bande dessinée… je laisse une grande place à mon imagination avec laquelle je peux broder sur des éléments qui m’inspire… Je suis un fan inconditionnel du cinéma que je fréquente beaucoup. Je peins généralement en musique…

 

RankArt : Quel est le point de départ d’un tableau, la genèse d’une œuvre (un schéma, une image, le hasard, l’imagination seule, un peu de tout ça…) ?

Didier Dalent : C’est une bonne question, bien souvent c’est une « vision » plus ou moins précise et insistante, l’inspiration est capricieuse et incertaine… L’imagination y tient une belle part, certaine image ou ambiance peuvent aussi m’influencer…

RankArt : Pouvez-vous nous citer un tableau que vous rêveriez de voir en vrai ? Pourquoi ce tableau ?

Didier Dalent : Les tableaux de William Turner et ceux de Claude gelé dit le Lorrain… J’aime aussi Dali, Picasso, Vassarely…etc…

 

RankArt : Selon vous, à partir de quel moment un peintre, un photographe, un musicien… devient un artiste ?

Didier Dalent : Quand il est reconnu, d’une part par le public, d’autre part par le milieu artistique. Sinon, quand l’individu y trouve son compte en lui-même sans attente de reconnaissance particulière, en aimant sa création et en se remettant en permanence à l’ouvrage poussé par le besoin de faire. La peinture m’embarque et je ne contrôle pas tout, bien au contraire et c’est ce que j’aime dans ma manière de fonctionner. Je peux passer des heures devant une de mes toiles dans un état second, en passant du contentement au désespoir le plus profond ! Pour finalement tout remettre en question…

 

RankArt : Quelle est l’exposition d’un autre artiste qui vous a le plus marqué ?

Didier Dalent : Ou la la, il y en a beaucoup, trop pour les citer.

 

RankArt : Quel est votre plus fort souvenir d’exposition personnelle et pourquoi ?

Didier Dalent : Lors d’une de mes expositions récentes, une dame m’a dit : « je vais vous en prendre deux ou trois ! », du jamais entendu ! Sinon, le contact et l’échange avec le public est toujours enrichissant… Résultat, une exposition avec cinq ventes, quand même assez rare !

 

RankArt : Artistiquement parlant, y a-t-il un rêve que vous n’avez pas encore réalisé ?

Didier Dalent : Evidemment, devenir célèbre ou du moins reconnu comme artiste plasticien.

 

RankArt : Quelle est votre actualité artistique ? Quels sont vos projets artistiques ?

Didier Dalent : Je participe au prestigieux concours de peinture et création contemporaine du « Luxembourg art prize » pour la troisième année. Avec une création totalement originale sous la forme du « cube de la paix » un regroupement de quatre tableaux sur ce thème avec :

  • L’oiseau de paix,

  • Rouge passion, instant de grâce,

  • Insouciance enfantine,

  • Les treize symboles

 

RankArt : Pour se faire une idée de votre personnage de façon plus général, j’aime bien soumettre à nos artistes invités les questions un peu naïves du thème de l’île déserte…

-Sur une île déserte vous emportez…

*Quel film ? La trilogie du seigneur des anneaux

*Quel livre ? Dur dur, je dévore littéralement alors « la nuit des enfants rois »…

*Quelle musique ? Yan Garbarek et Pat Metheny groupe, Genesis ou Pink floyd

*Quel objet ? Une boussole pour ne pas perdre le Nord !

*Lequel de vos tableaux ? « Le vol des poissons ivres »

 

Merci Didier !

© 2016 par RankArt

Autrech 09800 Saint Lary, France

  • Facebook Clean
  • Twitter Clean