Francine Scrignac

Découvrez ses œuvres plus bas !

RankArt : Pouvez-vous vous présenter en quelques mots à nos lecteurs ?

Francine Scrignac : Il ne faut jamais oublier ses rêves ; j’ai pu commencer à réaliser les miens il y a une dizaine d’années, après une vie professionnelle très éloignée de toute pratique artistique.

 

RankArt : Pratiquez vous la peinture pour votre loisir ou en tant que professionnel ?

Francine Scrignac : Exercer en tant que professionnelle s’est imposé petit à petit, au gré des rencontres, des expositions.

 

RankArt : Pourquoi avoir choisi la peinture comme mode d’expression plutôt qu’un autre ? Quel a été le déclic ?

Francine Scrignac : La peinture était une évidence ; elle  n’a laissé place à aucune autre éventualité.

 

RankArt : Pourquoi ces choix de sujet, de technique, de style ?

Francine Scrignac : Passer du figuratif à l’abstrait s’est fait assez rapidement, avec passion. Le défit est pour moi plus vertigineux face aux multiples possibilités offertes par une utilisation sans limites des surfaces, des couleurs, des formes. L’abstraction est une voie ouverte. La sensation de liberté est un risque, elle peut être envoûtante ; il me faut à la fois lâcher prise pour être suffisamment convaincante tout en veillant à ne pas m’égarer par rapport à ce que je tiens à exprimer.

 

RankArt : Qu’est ce qui, de façon générale influence votre peinture (peintre, cinéma, musique, auteur…)?

Francine Scrignac : Je ne souhaite ni représenter, ni transmettre, ni expliquer. Il ne s’agit pas de « faire beau » mais de s’émouvoir, de créer sans doute une possibilité d’échanger, de se rejoindre, le plaisir d’observer ce que l’on ne voit pas de prime abord.

 

RankArt : Quel est le point de départ d’un tableau, la genèse d’une œuvre (un schéma, une image, le hasard, l’imagination seule, un peu de tout ça…) ?

Francine Scrignac : Je laisse au hasard et à la spontanéité une part de l’initiative de mon travail, comme une écriture automatique ; je révèle ainsi bien plus que si je lançais une création mûrie, réfléchie.

Proximité avec la nature, attention au monde, relation aux autres, tout ce qui éveille mes sensations, mes sentiments, influence mes réalisations. Une seule crainte, sans m’en apercevoir, baisser la garde, me laisser insidieusement aller à une agréable facilité. Chaque œuvre doit être une prise de risque ; des traits forts, des couleurs dont on attend pas la proximité ; pas de mollesse dans l’expression, de la volonté, des décisions, peut-être des erreurs à rechercher.

 

RankArt : Avec quel peintre d’hier auriez-vous aimé vous entretenir ? Et pourquoi ?

Francine Scrignac : J’aurais aimé m’asseoir avec Joan Miro devant son triptyque monumental « Bleu I - II – III » : la perfection de l’équilibre dans une incroyable simplicité. Cette œuvre m’enveloppe, m’apaise mais dégage aussi une force, une  forme de puissance. Il n’y a rien à ajouter, rien à ôter… Fabuleux. Mais j’aurais eu beaucoup de plaisir à regarder travailler Soutine, Hans Hartung, de Kooning, Franz Kline, Joan Mitchell

 

RankArt : Et parmi vos contemporains ?

Francine Scrignac : J’apprécierais de rencontrer Banksy, Georg Baselitz ou Miquel Barcelo.

Pour chacun de ces artistes, le déroulé de l’exécution de leurs œuvres éveille ma curiosité.

RankArt : Pouvez-vous nous citer un tableau que vous rêveriez de voir en vrai ? Pourquoi ce tableau ?

Francine Scrignac : Je peux rester en contemplation absolue devant « Les noces de Cana » de Véronèse au Louvre, écrasée d’admiration.

 

RankArt : Selon vous, à partir de quel moment un peintre, un photographe, un musicien… devient un artiste ?

Francine Scrignac : Le mot « artiste » évoque surtout la liberté, un choix d’expression personnel, authentique. Il peut s’appliquer à tous ceux qui témoignent d’une aptitude à créer en utilisant leur sensibilité.

 

RankArt : Quelle est l’exposition d’un autre artiste qui vous a le plus marqué ?

Francine Scrignac : J’ai le souvenir d’avoir été profondément émue lors d’une rétrospective consacrée à Nicolas de Staël par un tout petit tableau évoquant la campagne. J’ai eu la sensation que l’artiste venait de terminer et d’accrocher cette œuvre.

 

RankArt : Quel est votre plus fort souvenir d’exposition personnelle et pourquoi ?

Francine Scrignac : Il ne s’agit pas d’une exposition, mais de la réception du Prix Monique Corpet 2017 que m’a décerné la Fondation Taylor ; un cadeau aussi magnifique qu’inespéré. Une exposition personnelle dans la Galerie de la Fondation en 2018 a prolongé ce plaisir.

 

RankArt : Artistiquement parlant, y a-t-il un rêve que vous n’avez pas encore réalisé ?

Francine Scrignac : Je citerais Miro : « je ne rêve jamais la nuit, mais dans mon atelier, quand je travaille, je suis en plein rêve ».

 

RankArt : Pour se faire une idée de votre personnage de façon plus général, j’aime bien soumettre à nos artistes invités les questions un peu naïves du thème de l’île déserte…

-Sur une île déserte vous emportez…

*Quel film ?  « Un singe en hiver » de Henri Verneuil, adaptation du roman éponyme d’Antoine Blondin. Une œuvre touchante, émouvante, dans laquelle les destins se croisent un court moment pour exprimer amour, tendresse, curiosité de l’autre.

*Quel livre ? Une liseuse, remplie d’une quantité infinie de livres

*Quelle musique ? Tout Mozart

*Quel objet ? Un téléphone portable et sa batterie solaire

*Lequel de vos tableaux ? Aucun. Une fois terminés, ils ne m’intéressent plus du tout. Seuls ceux à venir captent mon attention.

 

RankArt : Quel voyage aimeriez-vous encore faire ?

Francine Scrignac : N’importe quelle destination en pleine nature, avec un horizon très vaste et lointain ; j’aime ressentir cette plénitude des lieux où le regard est confronté à l’infini.

 

RankArt : Quelles étaient vos ambitions d’enfant pour votre vie d’adulte ?
Francine Scrignac : Mes ambitions ont été contrariées dès que j’ai compris qu’il me faudrait patienter longtemps avant de pouvoir tracer mon chemin de peintre. Aujourd’hui ma réalité a dépassé mes rêves.

 

Merci Francine !

Retrouvez Francine Scrignac sur son site Web.

Soutenez cette artiste en votant pour "Les fractures 24" sur myrankart.com

© 2016 par RankArt

Autrech 09800 Saint Lary, France

  • Facebook Clean
  • Twitter Clean