François Maes

RankArt : Pouvez-vous vous présenter en quelques mots à nos lecteurs ?

François Maes : Je suis belge, originaire de Bruxelles ; j’ai travaillé en France durant 45 ans avec Paris comme camp de base et maintenant, j’ai l’honneur et l’avantage de résider dans le département du Gard, non loin de Nîmes.

RankArt : Pratiquez vous la peinture pour votre loisir ou en tant que professionnel ?

François Maes : Je pratique la peinture depuis 40 ans à la fois pour profiter de la liberté et du plaisir offert par ce moyen d’expression et aussi pour entrer régulièrement dans mon univers chargé de poésie et de mystère en totale opposition avec les obligations professionnelles de tout un chacun.

 

RankArt : Quel a été le parcours professionnel et/ou artistique qui vous a forgé en tant qu’artiste ?

François Maes : Mon parcours professionnel, rien que du sérieux : études de diplômes de l’école supérieure d’Architecture et du Paysage à Bruxelles ( Belgique) . Ensuite 38 ans à la tête d’une agence d’architecture paysagère à Paris, un nombre incalculable de créations maîtrisées sur l’ensemble de la France, en Afrique du Nord et au Proche Orient. Quelques galères mais aussi beaucoup de plaisir, des satisfactions immenses et beaucoup trop de nuits blanches sans jamais résoudre l’équation « comment tout boucler avant minuit ».

 

RankArt : Pourquoi avoir choisi la peinture comme mode d’expression plutôt qu’un autre ? Quel a été le déclic ?

François Maes : Déclic à double détente avec un grand père peintre en bâtiment et décorateur d’intérieur et un parcours professionnel très centré sur la création , création aboutissant à la réalisation de la chose conçue sur le site.

 

RankArt : Votre vie et ses étapes influencent-t-elles votre art et de quelle manière ?

François Maes : Il est évident que l’art du paysage, qu’il soit naturel ou urbain, permet d’avoir une façon très pointue de regarder les choses, à la fois avec une vision généraliste et ensuite avec un regard du moindre détail. Pour autant, ce qui a largement influencé mon travail de peintre, ce sont les très nombreux voyages effectués partout dans le monde ( plus de 70 pays) , avec à chaque fois, une visite au musée d’art moderne ou art contemporain ainsi qu’aux galeries pour sentir les nouvelles  tendances ou courants créatifs.

 

RankArt : Comment définiriez-vous votre travail artistique ? Que dites-vous de vos œuvres à quelqu’un qui n’a jamais vu une de vos œuvres ?

François Maes : Passionné par le monde végétal et son mystère, par la lumière,  les grands paysages , les peuples et leurs coutumes, j’ai parcouru le monde pour engranger des images, des sensations, le silence des déserts , des odeurs et des couleurs.

Ah, la couleur !!!

Partout la couleur donne vie à l’instant, aussi bien sur les plus hauts sommets de la Cordillère des Andes que les plaines tibétaines ou la savane namibienne.

Ah la couleur et la lumière alors ?

Ma peinture est le reflet de cet amalgame entre l’architecte, le graphisme,  la profondeur des espaces et la palette infinie des couleurs.

L’abus de la couleur, comme serait un enfant devant l’étale d’un glacier, traduit mon plaisir de la vie. Elle se déguste,  elle se lèche, elle coule à s’en mettre plein les doigts.

Mon univers jouit de toutes ces sensations imprégnées au plus profond de mes tissus si parfois le pinceau est trempé dans l’acide.

Cette ode à la couleur, bien visible sur mon site web est en totale opposition avec les oeuvres présentées faites exclusivement en noir et blanc. Et pour cause, elles ont été réalisées à la suite d’un voyage récent en Islande, pays des volcans, de la lave , des ciels plombés et des glaciers. Voilà comme s’explique le noir et blanc.

 

RankArt : Pourquoi ces choix de sujet, de technique, de style ?

François Maes : La technique est unique. Huile sur toile

 

RankArt : Qu’est ce qui, de façon générale influence votre peinture (peintre, cinéma, musique, auteur…) ?

François Maes : Seul le regard sur la vie, les êtres et les choses créent en moi des émotions ou des révoltes intérieures. Ensuite il faut y ajouter une pincée de nos peintres prédécesseurs, l’émotion provoquée par un air d’opéra et même un livre.

 

RankArt : Quel est le point de départ d’un tableau, la genèse d’une œuvre (un schéma, une image, le hasard, l’imagination seule, un peu de tout ça…) ?

François Maes : Tout est dans le jus de crâne. Beaucoup de réflexions en  amont, des dizaines voire des centaines de croquis et ensuite un trait d’huile pour lier tout cela. 

RankArt : Avec quel peintre d’hier auriez-vous aimé vous entretenir ? Et pourquoi ?

François Maes : Jérome Bosch et nous aurions passés des heures à parler du jardin des Délices devant une bonne pinte de cervoise.

 

RankArt : Et parmi vos contemporains ?

François Maes : Incontestablement Salvador Dali même si ce n’était pas très facile. Des amis faisaient partie du premier cercle avec entre autres, Manitas de Plata et nous avons souvent évoqué ces moments intenses d’échanges créatifs.

 

RankArt : Pouvez-vous nous citer un tableau que vous rêveriez de voir en vrai ? Pourquoi ce tableau ?

François Maes : Tous ceux que je voulais voir, je les ai vus.

 

RankArt : Selon vous, à partir de quel moment un peintre, un photographe, un musicien… devient un artiste ?

François Maes : Je crois qu’au départ, on a une âme d’artiste et qu’ensuite il y a une valorisation progressive du fond.

 

RankArt : Quelle est l’exposition d’un autre artiste qui vous a le plus marqué ?

François Maes : Assez récemment, la rétrospective Jérome Bosch à Madrid avec le fameux « Jardin des Délices » qui n’était pas présenté aux Pays Bas à Bois le Duc ou Hertogenbosch

 

RankArt : Quel est votre plus fort souvenir d’exposition personnelle et pourquoi ?

François Maes : J’ai eu la chance d’exposer dans la citadelle de Roses en Espagne , non loin de Figueras et dans le cadre des Rencontres Européennes d’Art et d’Artiste.

 

RankArt : Artistiquement parlant, y a-t-il un rêve que vous n’avez pas encore réalisé ?

François Maes : Tous car chaque toile n’est qu’un essai.

 

RankArt : Quelle est votre actualité artistique ? Quels sont vos projets artistiques ?

François Maes : Je continue modestement à transcrire sur toile mes états d’âmes, mes plaisirs et mes révoltes même si actuellement, je préfère allier la création au graphisme, et la simplicité ou pureté du geste.

 

RankArt : Pour se faire une idée de votre personnage de façon plus général, j’aime bien soumettre à nos artistes invités les questions un peu naïves du thème de l’île déserte…

-Sur une île déserte vous emportez…

*Quel film ?  Non

*Quel livre ? Oui incontestablement. Je crois même que je laisserais à terre toutes ces choses inutiles pour ne prendre que des livres avec au moins 900 à 1000 pages…au minimum

*Quelle musique ? Non, ou seule la musique du silence

*Quel objet ? Un signet pour glisser entre les pages de mes nombreux livres

*Lequel de vos tableaux ? Aucun

 

RankArt : Quel voyage aimeriez-vous encore faire ?

François Maes : Après avoir passé au minimum un mois dans 70 pays, j’aimerais retourner en Chine pour approfondir et étoffer mon esprit critique et de découverte de ce pays incontestablement hors normes dans tous les domaines,  les bons mais aussi les très mauvais car il n’y a pas de juste milieu dans ce pays.

 

RankArt : Quelles étaient vos ambitions d’enfant pour votre vie d’adulte ?

François Maes : Ne pas être un mouton parmi les moutons.

 

Merci François !

Retrouvez François Maes sur son site Web.

Soutenez cet artiste en votant pour "Voyage 28" sur myrankart.com

© 2016 par RankArt

Autrech 09800 Saint Lary, France

  • Facebook Clean
  • Twitter Clean