Pascale Rey-Texier

Découvrez ses œuvres plus bas !

RankArt : Pouvez-vous vous présenter en quelques mots à nos lecteurs ?

Pascale Rey-Texier : Depuis l’adolescence, je suis concernée par la « chose artistique » autour de laquelle j’ai tourné sous différentes formes (musique, mise en scène, écriture pour le théâtre, danse…) et les arts plastiques que j’avais pratiqués entre 14 et 17 ans restaient en projet faute de temps. Quatre enfants qui faisaient tous de la musique et de la danse, un job à plein temps, cela ne me laissait pas beaucoup de temps pour manier les pinceaux… jusqu’en 2012… la retraite, un gros changement de vie, et la nécessité vitale de m’exprimer artistiquement me conduisent à reprendre toiles et pinceaux que je ne lâche plus.

Encouragée par mon mari, j’ai ouvert mon atelier et peu à peu sorti le fruit de mon travail dans des expositions.

 

RankArt : Pratiquez vous la peinture pour votre loisir ou en tant que professionnel ?

Pascale Rey-Texier : Je suis professionnelle depuis janvier 2019, mais ma pratique est professionnelle depuis ma reprise d’activité en 2012.

 

RankArt : Quel a été le parcours professionnel et/ou artistique qui vous a forgé en tant qu’artiste ?

Pascale Rey-Texier : Les cours suivis aux Arts Déco à Strasbourg entre l’âge de 16 et 18 ans, les dix ans passés dans un Centre socio-culturel à monter des projets artistiques, rencontrer des artistes, organiser des expositions, puis les 15 ans passés à m’occuper d’une très belle école de danse contemporaine où l’on mélangeait la danse, le chant, le théâtre dans le cadre de créations originales… Tout cela a ouvert en moi des possibilités de trouver mon chemin en tant qu’artiste et ces années que j’ai longtemps crues « perdues » m’ont en fait donné les outils dont je me sers tout le temps pour élaborer mon art.

 

RankArt : Pourquoi avoir choisi la peinture comme mode d’expression plutôt qu’un autre ? Quel a été le déclic ?

Pascale Rey-Texier : J’aime la peinture depuis toujours. Je l’ai pratiquée, beaucoup, sur les murs de ma maison quand je retapais une vieille grange. Cela m’a permis d’apprécier la matière, les outils. Au cours de ma vie j’ai pratiqué l’aquarelle et j’ai su qu’elle n’était pas ma discipline bien qu’elle permette de créer des œuvres merveilleuses. J’ai cherché du côté de l’huile, pas assez spontanée et c’est l’acrylique qui me donne la liberté et la spontanéité que je cherche. C’est également pour des raisons de liberté que j’ai opté pour la peinture abstraite. Ne rien imposer à l’œil de celui qui regarde mon travail, mais lui proposer une collaboration, un partenariat. Son interprétation de ce que je crée enrichie mon vocabulaire esthétique et peu à peu mon univers pictural s’élabore.

 

RankArt : Votre vie et ses étapes influencent-t-elles votre art et de quelle manière ?

Pascale Rey-Texier : C’est une évidence ! Tout ce qu’on a vécu construit ou détruit ce qu’on tente d’exprimer. Par exemple, j’ai travaillé durant une année pleine sur la représentation de la musique sur la toile. Bach, Mozart, du jazz, ont été mes vecteurs et j’ai fait la même chose en parallèle pour l’eau que j’avais beaucoup pratiqué à la voile, en mer, la tempête, les sources, la pluie, j’ai représenté tout cela sur la toile. Cela a débouché sur une belle exposition solo en Vendée en 2017.

 

RankArt : Comment définiriez-vous votre travail artistique ? Que dites-vous de vos œuvres à quelqu’un qui n’a jamais vu une de vos œuvres ?

Pascale Rey-Texier : En général, je ne dis pas grand-chose à une personne qui voit pour la première fois ce que je fais. Ensuite ça dépend si elle voit un seul tableau ou si elle vient à l’atelier car l’approche n’est pas du tout la même. J’explique toujours que ce qu’ils voient, perçoivent de mes créations leur appartient et que mon intention n’a pas d’importance. C’est leur ressenti qui importe et qui leur permet de communiquer avec ma création, de l’aimer, de la vouloir.

Quand une personne voit un ensemble de toiles, en exposition, à l’atelier… on évoque forcément un parcours, des positions de styles les uns par rapport aux autres, surtout que je travaille des thèmes très différents, cela suscite automatiquement des comparaisons.

 

RankArt : Pourquoi ces choix de sujet, de technique, de style ?

Pascale Rey-Texier : Question difficile !... Non, finalement,  pas si difficile car je travaille sur des thèmes qui s’imposent à moi et je remarque que l’abstraction est de plus en plus abstraite (si je puis dire !!!). Quant au style, ceux qui connaissent mon travail me disent que j’ai une identité et qu’on reconnaît ma pâte !

 

RankArt : Qu’est ce qui, de façon générale influence votre peinture (peintre, cinéma, musique, auteur…) ?

Pascale Rey-Texier : Le travail d’influence se fait en sourdine, il est souterrain, sauf la musique qui joue un rôle direct dans mes créations à travers les rythmes, la puissance, la structure. Cependant je crois être assez peu influençable et je n’aime pas l’idée de faire la même chose que les autres peintres. Trouver son identité artistique est important, c’est une ressource que l’on a en soi et qu’il faut faire fructifier par le travail personnel et le recul sur soi.

 

RankArt : Quel est le point de départ d’un tableau, la genèse d’une œuvre (un schéma, une image, le hasard, l’imagination seule, un peu de tout ça…) ?  

Pascale Rey-Texier : Je procède par flashes, souvent la nuit. Je vois le tableau que je vais peindre. En général il y a deux possibilités : je structure mon travail sur la toile (dessin préalable, composition, mise en place,…) comme pour la série des Flous, et pour Contrecarré, ou bien j’hère sur ma toile blanche jusqu’à ce que quelque chose se déclenche. C’est Traverse ou Clair-Obscur.

RankArt : Avec quel peintre d’hier auriez-vous aimé vous entretenir ? Et pourquoi ?

Pascale Rey-Texier : J’aurais aimé rencontrer Picasso pour l’ampleur de son œuvre, pour sa force et bien-sûr Léonard de Vinci le Maître.

 

RankArt : Et parmi vos contemporains ?

Pascale Rey-Texier : J’aimerais tant rencontrer Pierre Soulages. Son travail est admirable, sa sobriété, sa liberté trouvée dans la contrainte…

 

RankArt : Pouvez-vous nous citer un tableau que vous rêveriez de voir en vrai ? Pourquoi ce tableau ?

Pascale Rey-Texier : Sans doute Guernica qui est une représentation de la Conscience du mal et qu’il faut avoir en fond d’esprit pour pouvoir créer avec intention d’apporter du bon à travers mon art.

 

RankArt : Selon vous, à partir de quel moment un peintre, un photographe, un musicien… devient un artiste ?

Pascale Rey-Texier : Quand il fait vibrer en nous la fibre sensible et qu’il exprime dans son art ce que nous ressentons et que nous ne pouvons exprimer.

 

RankArt : Quelle est l’exposition d’un autre artiste qui vous a le plus marqué ?

Pascale Rey-Texier : Salvador Dali à Beaubourg il y a 30 ans. Les sculptures de France et Hugues Siptrott il y a vingt ans pour leur représentation tendre et poétique de l’humain.

 

RankArt : Quel est votre plus fort souvenir d’exposition personnelle et pourquoi ?

Pascale Rey-Texier : Concernant une de mes expositions, celle qui m’a marquée a eu lieu en 2017 en Vendée. J’avais une ancienne grange immense pour moi toute seule et quand nous avons testé la lumière, ça a été magique. Puis au vernissage, les discussions avec les personnes présentes m’ont donné l’impression que ma peinture était comprise, reconnue.

 

RankArt : Artistiquement parlant, y a-t-il un rêve que vous n’avez pas encore réalisé ?

Pascale Rey-Texier : Je voudrais réaliser une grande fresque sur des draps de lin anciens que l’on peut rouler et dérouler pour modifier la toile et ce qu’elle représente.

 

RankArt : Quelle est votre actualité artistique ? Quels sont vos projets artistiques ?

Pascale Rey-Texier : Nous sommes à la fin de l’été. J’ai exposé en collectif cet été dans ma nouvelle région (Aquitaine), je suis maintenant en train de prospecter pour trouver des lieux d’exposition crédibles en termes de professionnalisme, raisonnable en termes de prix, bien placés…

Mes projets artistiques sont solitaires pour approfondir et améliorer ma pratique, grands pour les formats sur lesquels je vais travailler, colorés pour la teinte que je souhaite cette année.

 

RankArt : Pour se faire une idée de votre personnage de façon plus général, j’aime bien soumettre à nos artistes invités les questions un peu naïves du thème de l’île déserte…

-Sur une île déserte vous emportez…

*Quel film ? Le Guépard de Visconti

*Quel livre ? Alexandre Dumas

*Quelle musique ? Köln Concert de Keith Jarrett

*Quel objet ? Mon oreiller

*Lequel de vos tableaux ? Regard dans l’eau 1 et 2

 

RankArt : Quel voyage aimeriez-vous encore faire ?

Pascale Rey-Texier : L’Inde.


RankArt : Quelles étaient vos ambitions d’enfant pour votre vie d’adulte ?

Pascale Rey-Texier : Je ne savais pas bien ce que voulait dire être adulte. J’ai su très, trop tard, qu’il fallait avoir des désirs pour devenir grand. Cela ne m’a pas facilité la vie. A 16 ans je n’ai pas pu m’orienter comme j’aurais aimé et je n’ai récupéré mes rêves que bien des années plus tard. Mais maintenant…

 

Merci Pascale !

Retrouvez Pascale Rey-Texier sur son site Web.

Soutenez cette artiste en votant pour "Clivage" sur myrankart.com

VERTIGE  100x90

VAGUEAPART  100x100

REFLETS 80x60

SUNSHOW  60x60

Memory rouge 150x50

TRAVERSE 120x60

BASQUE 2 50x60

JAZZCLAVE 2  120x60

LIDO  80x80

BLEU  100x50

© 2016 par RankArt

Autrech 09800 Saint Lary, France

  • Facebook Clean
  • Twitter Clean