Sabrina Viola

Découvrez ses œuvres plus bas !

RankArt : Pouvez-vous vous présenter en quelques mots à nos lecteurs ?

Sabrina Viola : Avec plaisir, je m’appelle Sabrina VIOLA, j’ai 38 ans. J’habite dans les Vosges, mais j’ai également un pied à terre à Nice, je suis mariée et maman d’un jeune garçon de 9 ans. Je suis infographiste de métier.

 

RankArt : Pratiquez-vous la peinture pour votre loisir ou en tant que professionnel ?

Sabrina Viola : Je me suis lancée professionnellement dans le métier d’artiste peintre depuis avril 2018. Les arts plastiques m’ont toujours attiré depuis ma plus tendre enfance, à l’école primaire déjà, le dessin et la peinture était pour moi un pur moment de détente et un moyen de m’évader. J’adorais les cours d’art plastique, je peux même dire qu’il s’agissait de ma matière préférée.

Passionnée par la création et la décoration, je me suis dans un premier temps, destinée au métier d’infographiste qui pour moi mélangeait la création à l’harmonie visuelle, en mêlant la rigueur, l’organisation et l’imagination.

 

RankArt : Quel a été le parcours professionnel et/ou artistique qui vous a forgé en tant qu’artiste ?

Sabrina Viola : Ma première approche a d’abord été celle d’une passionnée pour l’art de la décoration, pour l’agencement d’intérieur. J’aurais aimé faire de la décoration d’intérieur.

En 2015, j’ai poussé la porte d’un atelier associatif qui s’appelle « LE PRE AUX ARTS » (association culturelle regroupant plusieurs ateliers créatifs et culturels) l’atelier était animé par un jeune artiste peintre. C’est ici que j’y ai appris la technique « essentialiste » provenant d’Amérique du sud, l’atelier étant basé uniquement sur cette technique de peinture.

Et là…. Je peux dire que ce fut le déclic !

D’un essai, d’une envie est née une passion…

 

RankArt : Pourquoi avoir choisi la peinture comme mode d’expression plutôt qu’un autre ? Quel a été le déclic ?

Sabrina Viola : De nos jours, il faut toujours faire vite toujours plus vite, faire mieux toujours mieux, faire juste toujours plus juste…, il est difficile d’avoir du temps pour soi, de pouvoir décompresser après le travail, de faire du sport, etc… Alors la peinture a été pour moi mon exutoire, ma bouffée d’oxygène, mon moment à moi.

J’aime passer des heures sur mes toiles et oublier le temps qui passe l’espace d’un moment… voir de longues heures…voir de longues journées… Lorsque je peins, je sens que je vide mon trop plein d’émotions, de stresses, d’angoisses, de contrariétés.

La peinture me permet de lâcher prise, de vider mon esprit.

 

RankArt : Votre vie et ses étapes influencent-t-elles votre art et de quelle manière ?

Sabrina Viola : Je peins en fonction de mes émotions, qu’elles soient tristes, joyeuses, nerveux, fâcheuses, ou angoissantes, je les dépose sur ma toile. C’est libérateur et presque vital je dirais.

J’adore essayer d’autres techniques, d’autres matières, d’autres supports.

Mes meilleurs moments c’est lorsque je peux peindre avec les filles de l’atelier pré aux arts, car c’est tellement sympa de peindre en groupe, on discute de tout et de rien, on rigole, on échange, ça permet de passer un super moment artistique. Il faut dire que je déteste le silence, il me faut toujours un bruit de font pour peindre, alors en groupe je me sens dans mon élément.

Je peins aussi sur des chaussures afin de leur donner une 2ème vie. C’est très sympa aussi et ça change du support lisse de la toile, il faut savoir s’adapter à chaque matière de chaussures, à la forme, au style que je souhaite lui donner.

 

RankArt : Que dites-vous de vos œuvres à quelqu’un qui n’a jamais vu une de vos œuvres ?

Sabrina Viola : Lorsque je vois des personnes s’arrêter sur mes créations la première question que je leur pose c’est « Alors qu’est-ce que cela vous évoque ? Que voyez-vous ? »

Avec ce style chacun y voit ce qu’il a envie d’y voir et moi j’adore lorsqu’une personne me dit « Je vois des animaux » une autre va le dire « Je vois une toile musicale » et moi j’y vois les acrobates d’un cirque…. L’imaginaire de chacun est tellement différent.

 

RankArt : Pourquoi ces choix de sujet, de technique, de style ?

Sabrina Viola : J’aime peindre sans me prendre la tête, je teste plusieurs choses et si je n’accroche pas je passe mon chemin.

Je peins pour que cela me plaise dans un premier temps, j’entends souvent des personnes dirent l’art ce n’est pas faire du « joli », mais je ne suis pas d’accord, car moi j’aime l’art et j’aime lorsque c’est joli. Donc ce que je peins me ressemble et tant que cela me plait c’est l’essentiel.

RankArt : Qu’est ce qui, de façon générale influence votre peinture (peintre, cinéma, musique, auteur…) ?

Sabrina Viola : Je dirais juste la couleur, je suis fan de tout ce qui est coloré, flamboyant et surtout moderne et design.

 

RankArt : Quel est le point de départ d’un tableau, la genèse d’une œuvre (un schéma, une image, le hasard, l’imagination seule, un peu de tout ça…) ?

Sabrina Viola : Le lâcher-prise

 

RankArt : Avec quel peintre d’hier auriez-vous aimé vous entretenir ? Et pourquoi ?

Sabrina Viola : J’aurais beaucoup aimé rencontrer Kandinsky Vassily, lorsque je regarde ses créations, elles me parlent beaucoup.

Je m’y retrouve parfaitement, les couleurs, la géométrie, le perfectionnisme, je pense que l’on se serait bien entendu.

 

RankArt : Selon vous, à partir de quel moment un peintre, un photographe, un musicien… devient un artiste ?

Sabrina Viola : Alors là c’est un grand débat ! Être « artiste » c’est passer le capte de l’activité de loisir, c’est en faire un métier, une passion, une vocation, un art de vivre…

La chance sourit aux audacieux dit-on !

Il en faut du courage pour passer outre les préjugés et oser se lancer…

Être artiste signifie faire des concessions, savoir prendre des risques, avoir un mode de pensée parfois singulier et différent. C’est un choix de vie mais aussi une bataille de tous les jours, confrontée à l’inconnu, aux critiques et aux doutes, mais ce choix de vie en vaut la peine, après faut-il réussir à en vivre…. Mais là il s’agit d’un autre débat…

 

RankArt : Quelle est l’exposition d’un autre artiste qui vous a le plus marqué ?

Sabrina Viola : L’expo de Jeff Koons en 2014, au centre Pompidou de Paris.

 

RankArt : Quel est votre plus fort souvenir d’exposition personnelle et pourquoi ?

Sabrina Viola : Ma première exposition au festival International de Luxeuil les bains, je crois que le passage de la première expo est super important. Se jeter dans l’inconnu, être confrontée au regard des autres ailleurs que sur les réseaux sociaux, pouvoir enfin expliquer son travail, pouvoir échanger c’est tellement enrichissant. Ma rencontre avec d‘autres artistes.

 

RankArt : Artistiquement parlant, y a-t-il un rêve que vous n’avez pas encore réalisé ?

Sabrina Viola : Oh que oui ! Plusieurs d’ailleurs, j’aimerais déjà pouvoir trouver une ou plusieurs galeries qui exposent mon travail. Mais j’aimerais également un jour réussir à vivre entièrement de mon art et ouvrir ma galerie personnelle.

 

RankArt : Quelle est votre actualité artistique ? Quels sont vos projets artistiques ?

Sabrina Viola : J’ai aussi plusieurs créations artistiques en tête que je souhaite réaliser et mettre en place prochainement dans un style toujours très coloré mais totalement différent. Mais je n’en dirai pas plus je vous laisserai les découvrir dans mon actualité ….

Je suis actuellement en exposition jusqu’au 13 octobre à la galerie des arts de Luxeuil les bains dans le cadre de l’exposition « Trésors visibles – Talents cachés.

J’ai aussi été sélectionnée pour exposer deux de mes toiles au salon des beaux-arts de Thionville.

Je vais aussi participer au mois de décembre à une exposition insolite dans le métro de Londres.

Et pour la suite je regarde les projets que l’on me propose au fur et à mesure.

 

RankArt : Pour se faire une idée de votre personnage de façon plus général, j’aime bien soumettre à nos artistes invités les questions un peu naïves du thème de l’ile déserte…

-Sur une île déserte vous emportez…

*Quel film ? Men In Black.

*Quel livre ? Je ne suis pas une grande consommatrice de livres, du coup je serais plus du genre à prendre un magazine genre « POTINS » Eh bien oui je suis une nana !

*Quelle musique ? Coldplay

*Quel objet ? Un album photo

*Lequel de vos tableaux ? Oh là là, c’est dur comme question !!

J’ai déjà du mal à en choisir 5-6 pour une expo, alors un ….

Vraiment s’il fallait faire un choix je dirais « Le portrait abstrait de mon fils »

 

RankArt : Quel voyage aimeriez-vous encore faire ?

Sabrina Viola : New York et L’Australie.

 

Merci Sabrina !

Retrouvez Sabrina Viola sur son site Web, sa page Facebook et Instagram.

Soutenez cette artiste en votant pour "Stupéfaction" sur myrankart.com

© 2016 par RankArt

Autrech 09800 Saint Lary, France

  • Facebook Clean
  • Twitter Clean