Michèle Rais

Medeya : Pouvez-vous vous présenter en quelques mots à nos lecteurs ?
Michèle Rais : Je suis Michèle Rais, j'ai 55 ans et je vis en Suisse, dans le Jura. J'ai été danseuse classique, chorégraphe et professeur de danse, mais je n'ai jamais cessé de dessiner depuis l'enfance.

 

Medeya : Pratiquez-vous la peinture pour votre loisir ou en tant que professionnel ? Est ce votre seul média ?
Michèle Rais : Jusqu'en 2014, je n'avais jamais osé montrer mon travail au public. C'est mon neveu qui m'a poussé a exposer trois de mes pastels à son exposition. J'avais tellement le trac que je n'ai pas eu le courage d'être présente au vernissage... Pourtant l'accueil a été chaleureux puisque le soir même, on me proposait une exposition personnelle. Ca a été un des plus beaux jours de ma vie et comme j'arrivais en fin de course avec la danse, je me suis dit que c'était le moment d'essayer de réaliser ce rêve. Depuis l'an dernier, je m'y consacre entièrement.

 

Medeya : Quel est le parcours scolaire et/ou professionnel et/ou artistique qui vous forge en tant qu’artiste ?
Michèle Rais : Je n'ai jamais pris de cours hormis quelques cours par correspondance dans mon jeune âge, mais j'ai beaucoup appris dans les livres et par la pratique.

 

Medeya : Pourquoi avoir choisi cette méthode comme mode d’expression plutôt qu’un autre ? Quel a été le déclic ?
Michèle Rais : A mon âge, cela devenait difficile de m'épanouir dans le métier que j'avais choisi, d'autant plus que des problèmes physiques m'empêchaient de l'exercer comme je l'aurais souhaité. Mon grand amour de la beauté trouve mieux sa place, aujourd'hui, dans la peinture.

Medeya : Votre vie et ses étapes influencent-t-elles votre art et de quelle manière ?
Michèle Rais : Je n'ai pas assez de recul pour pouvoir en parler, mais je pense qu'il est évident que ma vie influencera mes prochaines œuvres.

 

Medeya : Comment définiriez-vous votre travail artistique ? Que dites-vous de vos œuvres à quelqu’un qui n’a jamais vu votre travail ?
Michèle Rais : A cette question, je répondrais par la citation d'E. Hopper "Si vous pouviez le dire avec des mots, il n'y aurait aucune raison de le peindre."

 

Medeya : Pourquoi ces choix de sujet, de technique, de style ?
Michèle Rais : J'ai commencé le pastel par curiosité et j'ai tout de suite compris que je ne m'arrêterais pas là. Le fait de travailler avec les doigts (bien que j'utilise parfois le pinceau) et d'être en contact direct avec le papier, me donne le sentiment de modeler mes sujets et puis, j'aime cet aspect velouté du pastel et les innombrables possibilités de le travailler. De plus, je trouve qu'il convient à merveille pour les portraits, sujet de prédilection pour moi. Je suis plus attirée par le fait de reproduire un regard plutôt qu'un paysage ou une nature morte. J'ai l'impression de rentrer dans l'intimité de mon personnage et il se passe comme un partage.

 

Medeya : Qu’est ce qui, de façon générale influence votre travail (peintre, cinéma, musique, auteur…) ?
Michèle Rais : Ce sont les émotions qui influencent mon travail. Il faut que je sois touchée par un corps ou un visage avant d'essayer de le reproduire sur la toile.

 

Medeya : Avec quel artiste d’hier auriez-vous aimez vous entretenir ? Et pourquoi ?
Michèle Rais : RembrandtDegasBotticelli....il y en a tellement.

 

Medeya : Et parmi vos contemporains ?
Michèle Rais : J'aime beaucoup Odd Nerdrum.

 

Medeya : Pouvez-vous nous citer une œuvre que vous rêveriez de voir en vrai et pourquoi
Michèle Rais : Melancholia de Odd Nerdrum, justement. Cette œuvre me touche jusqu'à l'âme.

 

Medeya : Quel est votre plus fort souvenir d’exposition personnelle et pourquoi ?
Michèle Rais : J'ai eu la chance d'avoir ma première exposition personnelle l'an dernier. C'était très intense. Oser ainsi se mettre à nu a été un immense pas en avant pour moi...

Medeya : Quelle est votre actualité artistique ? Quels sont vos projets artistiques ?
Michèle Rais : Quelques petites expositions collectives, des commandes et une foule d'idées pour de nouveaux tableaux !

 

Medeya : Pour se faire une idée de votre personnage de façon plus général, j’aime bien soumettre à nos artistes invités les questions un peu naïves du thème de l’île déserte…
-Sur une île déserte vous emportez…
*Quel film ? Camille Claudel de Bruno Nuytten. 
*Quel livre ? Homo Faber de Max Frisch.
*Quelle musique ? Angélique Ionatos.
*Quel objet ? Un cahier.
*Laquelle de vos œuvres? Un portrait de ma fille.

 

Medeya : Quel voyage aimeriez-vous encore faire ?
Michèle Rais : Celui que je fais, à l'intérieur de moi.

 

Medeya : Quelles étaient vos ambitions d'enfant pour votre vie d'adulte ?
Michèle Rais : Pouvoir gagner assez d'argent pour continuer dans cette nouvelle voie.

 

Merci Michèle !
Retrouvez Michèle Rais sur son site Web.

© 2016 par RankArt

Autrech 09800 Saint Lary, France

  • Facebook Clean
  • Twitter Clean